enfant-autiste-sourire-2

Contrairement à tout ce qui a été dit pendant des années, l’autisme n’est pas à mettre en lien avec une quelconque responsabilité des parents.

Les dysfonctionnements cognitifs de l’autisme ont des conséquences sur les apprentissages des personnes avec autisme car celles-ci ne traitent pas l’information de la même manière que les personnes sans autisme ou celles présentant une déficience. Ceci ne veut pas dire qu’elles ne peuvent pas apprendre, mais qu’il convient de mettre en place des stratégies qui tiennent compte de leurs difficultés spécifiques dans les domaines du langage et de la communication, de leurs troubles sensoriels et perceptifs ainsi que de leurs difficultés sur le plan social.

Afin de favoriser les progrès, la prise en charge devra se faire au plus tôt dans leur développement pour ne pas que des troubles s’installent ce qui pourrait entraîner des complications par une série de troubles en cascade. Les interventions devront être régulières pour soutenir les apprentissages.
Une évaluation de la personne pour connaître ses points forts et ses points faibles, ainsi que la réalisation d’un projet individualisé en collaboration avec tous les acteurs de la vie de la personne avec autisme (parents, professionnels, entourage) sont indispensables pour un accompagnement de bonne qualité. Ces évaluations doivent être renouvelées et le projet ajusté au fur et à mesure des progrès et des besoins.

La collaboration de professionnels formés aux stratégies éducatives de l’autisme est indispensable pour accompagner la personne avec autisme et sa famille. Avec tous ces outils, la personne pourra développer son potentiel et repousser les limites du handicap.

Contrairement à bien des idées reçues qui ont persisté pendant de trop longues années, en mettant en place des stratégies adaptées, les personnes avec autisme peuvent réaliser des progrès et montrer du plaisir à travailler.